Lorsqu’une personne veut faire un prêt immobilier, elle doit respecter plusieurs conditions comme le taux d’endettement ou le reste à vivre. Le respect de ces règles est décisif pour avoir accès au crédit. La banque d’un autre côté effectue une étude sur le dossier de l’emprunteur, sur sa situation et sa stabilité ainsi que sur sa demande de prêt.

Ceci est le cas pour le reste à vivre, cette notion est bel et bien liée non seulement aux dettes mais en plus à la capacité d’emprunt de cette personne. Le reste à vivre est alors calculé en fonction des revenus de cette personne qui fait un emprunt et est en rapport avec le montant dont elle a besoin pour subvenir aux dépenses de sa vie quotidienne. L’emprunteur doit alors disposer d’un reste à vivre qui recouvre ses frais de vie quotidienne de façon suffisante pour pouvoir mener une vie normale mais aussi les frais mensuels de remboursement.

Le calcul du reste à vivre

Le calcul du reste à vivre est effectué par les banques en prenant en considération le taux d’endettement de la personne qui effectue l’emprunt. On a donc la loi suivante qui permet de calculer de la manière la plus facile ce taux :

Reste à vivre = totalité des revenus de la personne – frais d’endettement

Si on prend par exemple un emprunteur qui gagne 3000 euros par mois et que son taux d’endettement représente 33 % du montant total, donc qui s’élève à 990 euros par mois ; le reste à vivre va  revenir à 2010 euros par mois.

Le fait que le reste à vivre n’ait pas une exacte définition légale, fait de lui un taux assez vague qui va dépendre de chaque banque. En effet, les banques peuvent accepter ou refuser un reste à vivre, tandis qu’une banque accepte un reste à vivre de 1500 euros, d’autres trouvent cela insuffisant. Mais le plus important c’est que le calcul dépend du revenu de base de la personne qui emprunte de l’argent, ainsi plus les revenus seront élevés plus le reste à vivre ne sera pas influencé par le taux d’endettement. Il existe cependant plusieurs définitions du reste à vivre et les caisses d’allocations familiale sont aussi à même de fournir un calcul du reste à vivre

Le reste à vivre est un critère très important pour les banques qui prêtent. en effet, vous pouvez avoir un dossier où le taux d’endettement est respecté (en dessous des 33 %) alors que le reste à vivre est inférieur à la norme. a contrario le taux d’endettement va dépasser les 33 %, mais le reste à vivre est très correct (Cas de revenus élevé). Dans ce cas là la banque prêtera plus facilement car elle n’aura pas mis en danger le couple dans ses autres dépenses.

L’utilisation du reste à vivre

Comme le reste à vivre représente les revenus destinés aux besoins de la vie quotidienne, une fois les dépenses de crédit immobilier et plus généralement de logement, il est nécessaire d’avoir un montant suffisant pour vivre décemment. Parmi les frais que le reste à vivre recouvre on a : les habits, la nourriture, les impôts, les factures à payer, etc.

Ajouter votre commentaire